Voyage au cœur du patrimoine fruitier

Combien de variétés de pommes connaissez-vous ? Golden, granny smith, canada, jonagold, reine des reinettes, fuji, red delicious peut-être… C’est tout ? Vraiment ? Car savez-vous que l’on répertorie plus de 20 000 variétés du fruit défendu à travers le monde ? Allez, on vous pardonne, parce que la biodiversité n’est pas exactement le cheval de bataille de la grande distribution. C’est en revanche celui du Centre national de pomologie, installé ici, à Alès.

diversite-varietalePomologie comme pomme ?

pomologie-illustration-knoopNon ! Le terme “pomologie” vient du latin “pomus”, qui signifie à la fois le fruit et l’arbre fruitier, et désigne, selon la définition du Petit Robert, la “partie de l’arboriculture concernant les fruits comestibles”. Autrement dit, un vaste sujet d’étude, auquel se consacre le Centre national de pomologie d’Alès, créé en 2000 au sein du Pôle scientifique et culturel de Rochebelle.

La vocation de cet établissement unique en son genre est de valoriser et de faire connaître le patrimoine fruitier dans sa diversité, aujourd’hui menacée. La plupart des fruits (mais aussi évidemment des légumes et des animaux d’élevage) que nous consommons aujourd’hui sont issus de sélections, de croisements et autres hybridations destinés, notamment à augmenter les rendements. Il en résulte un appauvrissement génétique et une fragilisation de ces nouvelles variétés (comme c’est le cas de certains animaux, bourrés d’antibiotiques pour résister aux maladies et à peine capables de survivre dans des conditions “normales”).

La biodiversité à l’honneur

cognasier-01Dans ce contexte inquiétant, le Centre national de pomologie se propose de “conserver et valoriser notre héritage variétal afin de lutter contre l’érosion phytogénétique”. Comment ? Par exemple en redonnant vie à des variétés anciennes dans un “verger conservatoire” qui, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas un musée des espèces disparues, mais un lieu qui permet aux spécialistes d’observer ces variétés et d’en assurer la reproduction. Et ce n’est pas une mince affaire, car des arbres fruitiers, cela demande de l’espace et une attention de tous les instants. Mais c’est l’une des conditions pour préserver une certaine biodiversité dans nos campagnes et dans nos assiettes. Le Centre dresse également des “cartes d’identité fruitières” et dispose ainsi d’un fichier digne des renseignements généraux sur les oranges, les pommes ou les abricots !

verger-vitrinePour faire connaître son travail un rien ésotérique, le Centre s’ouvre désormais au grand public et propose des expositions et des visites de son jardin pédagogique, ainsi que des conférences et des ateliers, dans ses murs mais aussi dans les établissements scolaires, entre autres. Cela permet de mieux comprendre les problématiques scientifiques et écologiques de la pomologie, mais aussi de surprendre ses papilles avec les saveurs de ces trésors oubliés.

Alors ? Vous goûterez bien une petite mirabelle tardive ?

Pôle Scientifique et Culturel de Rochebelle

70 chemin de St Raby – 30100 Alès.

Ouvert du mardi au vendredi de 10h à 12h et de 14h à 17h (en dehors de ces horaires sur rendez-vous

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *